My name is… Daniel, Sean, Pierce, Roger, Timothy, George, Barry, David

« Je sais tout à votre sujet : sexe au dîner, mort au petit-déjeuner »

Rosamund Pike, Meurs un autre jour

Sous le spectre de Joanna

Beau, intelligent, invincible, athlétique, séducteur… de nombreux adjectifs peuvent décrire le personnage de James Bond. Ralliée au phénomène grâce à Daniel Craig, je m’impatiente déjà de savoir qui aura le privilège, et la pression d’incarner ce personnage mythique.

La grande halle de La Villette ne nous ment pas quant à la qualité de l’exposition. Ambiance confinée, secrète, où l’on passe devant de nombreux objets, des extraits de scènes, des tableaux, des croquis… On voit « en vrai » tous ces éléments devenus cultes et ayant participé au succès des James Bond, accompagnés d’anecdotes intéressantes, bien entendu.

James Bond est intemporel. Quelque soit la génération, beaucoup adhèrent, pour des raisons différentes… sourire attendri lorsque je croise dans les couloirs de l’expo de jeunes enfants arrivant à se remémorer le titre exact des films, se souvenant de la scène précisément et bien plus encore !

Sous le spectre de Marjorie

Une exposition de luxe pour l’espion le plus gadgétisé au monde. L’ambiance est feutrée, luxueuse, confidentielle. A peine franchie, l’entrée nous happe dans l’univers de l’agent secret le plus sexy de la planète. Costumes, gadgets, objets, story-board, toute la mise en scène évoque les aventures de 007. Mais où sont Barry, Roger, Sean, Timothy, George, Pierce, Daniel, David ? Pourquoi ne viennent-ils pas à notre rencontre dans cet univers où tout incarne l’Espion du MI6 sans jamais le voir vraiment ? Belle performance où se mêlent les années 50 à nos jours au travers de gadgets (qui pourraient paraître à la limite du ringard. Mais James Bond n’est jamais ringard !!!) et de grands écrans suspendus. L’univers du héros de Ian Fleming nous en met plein les mirettes, James Bond est là mais pas vraiment. D’ailleurs, comment pourrait-il l’être avec autant d’incarnations d’acteurs ? Tout public, l’exposition tient ses promesses. Comment pourrait-il en être autrement ? Les visiteurs sont forcément conquis d’avance, sinon quel intérêt de se déplacer ? L’exposition ne suffit pas… alors rien que pour nos yeux, l’espion à notre service se vend sous toutes formes dans la boutique qui le rend éternel comme les diamants. Et comme on ne vit que deux fois, on peut se la jouer Casino royale et y retourner jusqu’au 4 septembre.

Bons baisers d’ici !

L’entrée de l’expo n’est pas donnée, environ 22 € pour un adulte. On y reste (quand même) 2h/2h30 et on ressort (moyennant finances) avec une photo de nous « façon générique de James Bond ».

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Commentissimi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s