Vigilance permanente et charge mentale

Ce dimanche soir, mon binôme (de projets, de signe astrologique et de bonnes poillades) m’envoie un SMS (sérieux) me demandant si j’arrive à tout faire… en tant que femme-maman-épouse-professionnelle-amie-cousine-soeur… Je lui réponds que « non, je n’arrive pas à faire le quart de ce que je prévois dans une journée (et dans une nuit, j’arrive à peine à dormir), tout ça me fruste et m’angoisse. Je suis tout le temps en retard sur mes ToDoLists. Je pense à tout ce que j’ai à faire. A tout ce que je n’ai pas fait. A tout ce que j’aurai dû faire ».  J’ai l’impression que ma vie de famille va être une catastrophe, puisque je n’ai pas réussi à tout prévoir (ou prédire !). C’est un sujet de société que l’on nomme « la vigilance permanente et la charge mentale ».

Jeudi, je lis et partage un article sur Fb sur le fait que les femmes pensent à tout : famille-foyer, travail, couple, enfant… ce qu’on appelle « la charge mentale, la vigilance permanente ». Elle pèse lourdement sur nos épaules de femmes. Le souci, c’est qu’on nous reproche de ne pas déléguer et de ne pas lâcher du lest.

Mon mari s’investit à la maison, et est papa-poule. Seulement, je dois répondre de (presque) tout : où est rangé le truc ? qu’est-ce que je fais de ça ? est-ce que je fais mi ? et si ? t’as pensé à machin ? Je ne trouve pas bidule ? Rien de méchant, ça part d’une bonne intention. Mais même quand le partage des missions est fait, je suis sollicitée d’une manière ou d’une autre. Ou sinon, c’est à moi de lui dire quoi faire, de lui faire ses ToDoLists… parfois ça va plus vite que je fasse.

La gestion, l’organisation, la planification, l’administratif ce sont mes tâches, je dois penser à TOUT, c’est la charge mentale. Chez moi, je suis assistante personnelle (de mon mari et de ma famille).

Il n’y a pas vraiment de définition officielle, c’est un travail intangible, incontournable, nécessaire, inquantifiable, pour satisfaire la bonne marche du foyer. Le fait de devoir penser à tout en permanence (tâches domestiques et éducatives…), à n’importe quel moment de la journée (et de la nuit), et bien ça met la pression. J’angoisse, je n’arrive pas à tout faire, même si personne me le demande. Mais si je ne fais pas, qui va faire…

L’article concluait sur le fait que les femmes doivent apprendre à lâcher du lest, que si les choses sont faites différemment par leur mari (et non strictement comme elles le souhaitent), ce n’est pas bien grave. Le fonctionnement et l’équilibre du foyer dépend  de la place que veut bien laisser la femme, et de celle que veut prendre le mari.

Il paraît aussi que c’est la société qui entretient cet état : dans les magazines on parle de superwomen, enfant au bras, téléphone à l’oreille, agenda à la main… on leur demande d’être parfaites, de travailler, d’éduquer les enfants, de consacrer du temps à leur couple, de faire du sport, d’être une bonne hôtesse, d’avoir une maison entretenue.

Que penser de tout cela ? A vos commentaires mesdames et messieurs 😉

 

Publicités

2 Replies to “Vigilance permanente et charge mentale”

  1. Merci Soulef pour ton commentaire… moi je n’en ai qu’un et je sens régulièrement l’épuisement poindre… courage à nous. Le sujet commence tranquillement à faire son chemin… affaire à suivre !

    J'aime

Commentissimi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s