Jean-Michel Basquiat : art underground, tag et graffiti

Naïf. Énergique. Violent. Agressif. Morbide. Torturé. Complexe. Acharné…

Le travail de Jean-Michel Basquiat me laisse un sentiment étrange, mitigé, d’inconfort, de morbidité. Mais il reste un artiste au parcours exceptionnel et fulgurant… tout comme sa vie. 

Jean-Michel Basquiat (1960-1988) est un artiste-peintre américain, devenu très vite avant-gardiste, très populaire et pionnier de la mouvance underground.

Enfant précoce, Basquiat apprend à lire et à écrire à l’âge de quatre ans et parle couramment trois langues à l’âge de huit ans. Sa mère, sensible à l’art, emmène régulièrement le jeune Jean-Michel au MoMA et l’encourage à développer ses talents de dessinateur.

En 27 ans d’existence, Jean-Michel Basquiat laisse derrière lui environ 800 tableaux et 1500 dessins. Les œuvres de Basquiat ont toujours conservé un caractère social et un message tranchant.

En début de carrière (1980-1982), ses peintures se concentraient sur la vie dans la rue et la misère, présentant des personnages squelettiques, ramenant sans cesse le thème de la mortalité de l’homme. En fin de vie, l’œuvre de Basquiat prend un différent tournant, se concentrant plutôt sur des questions d’identité, de race, de sources, de symboles et de relations humaines. La condition de l’artiste noir est un sujet qui a préoccupé Basquiat toute sa vie : parfois empreint du sentiment d’être freiné par ses origines, jamais n’a-t-il hésité à dénoncer la discrimination des artistes afro-américains et l’homogénéité du milieu de l’art à l’époque.Coloré, naïf, violent, son art a été qualifié d’avant-garde.

L’œuvre de Basquiat se divise en trois grandes périodes :

  • de 1980 à fin 1982, il faisait de la peinture sur toile, représentant le plus souvent des personnages squelettiques et des visages ressemblant à des masques. Ceci montrait son obsession de la mortalité de l’Homme. Il peignait aussi des éléments tirés de sa vie dans la rue : voitures, bâtiments, policiers, jeux d’enfants, graffitis…
  • fin 1982 à 1985, il présente des peintures sur panneaux de toutes matières et de toutes formes, une surface dense avec des écritures, des collages, et des représentations sans relation apparente les unes avec les autres. Ces travaux révèlent un fort intérêt pour l’identité noire et hispanique de Basquiat, son identification avec les personnages noirs historiques ou contemporains, et les événements qui leur sont liés.
  • vers 1986 jusqu’à sa mort en 1988. Elle montre un nouveau genre de peinture figurative, dans un style différent avec des sources, des symboles et un contenu contrastant avec ses autres peintures.

N’hésitez pas à aller sur son site : site web de Jean-Michel Basquiat

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Commentissimi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s