Quand Rocky Balboa te rejoint de bon matin

Il y a des matins où tu vas au boulot à contre-cœur parce que tu stresses à tort ou à raison. En tout cas, tu n’as pas envie d’y aller, tu as les intestins qui se tordent de contrariété, le cœur au bord du gouffre, les yeux au bord des larmes. Tu y vas quand même parce que tu sais que cela ne va pas durer, qu’il va forcément y avoir une issue. Il faut juste réussir à te recentrer, à aller à l’essentiel, à ne pas te laisser envahir par les autres qui peuvent grignoter ton temps, les ondes négatives qui peuvent te submerger, l’envie de ne pas y aller. Il faut un peu lutter, un peu raisonner, beaucoup positiver. Ton binôme de fous rires, d’aventures diverses et variées, d’écriture, de défis, de créativité sait tout cela puisque plus qu’un binôme, c’est une amie. Et là comme une véritable et simple amie… elle vient avec le décalé qui caractérise si bien votre Amitié, t’envoyer le sms qui va te faire rire, te (re)donner la pêche, te faire monter les larmes aux yeux, t’envahir d’émotionRocky Balboa Theme song

Et là, sur le chemin qui te mène à l’abattoir, au bureau, entre la route et la forêt, sur la contre-allée forestière… par le plus grand des hasards, tu aperçois une joggeuse matinale. Tu as envie de la klaxonner et de mettre la musique à fond les ballons. Alors tu retrouves ton sourire, tu te prépares comme pour si tu allais au combat de boxe, tu te dis que tu vas tous les mettre au tapis, que tu seras le vainqueur (au féminin, ça n’existe pas ce mot-là ???) et qu’à nouveau tu auras le poing en l’air (comme Rocky Balboa). Et là tu éclates de rire toute seule dans ta voiture et la journée commence bien.

Et vous quand rien ne va, qu’est-ce-qui relance la machine ?

Publicités

2 Replies to “Quand Rocky Balboa te rejoint de bon matin”

  1. On travaille pour pouvoir vivre et on essaie aussi de s’épanouir par ce biais… mais le recul des fois est nécessaire pour ne pas y laisser notre peau. Plus facile à dire qu’à faire : quand je suis chafouine et que j’ai envie de me laisser envahir par le « spleen », que je n’ai pas encore pris de décisions, que je suis un peu perdue, j’écoute « Don’t worry, be happy » de Bobby McFerrin, même si cette chanson est pleine d’ondes positives, elle est douce et me donne envie de me rouler dans une couette. Et puis depuis cette année, la vie me force à mordre, à me battre encore plus, je suis en colère (encore plus!) et cette chanson si bien connue de Rocky, reflète à 100% mon état d’esprit. Et pour finir sur une touche de féminisme-working-girl-maman-amie-soeur-belle-soeur… tu vas tout déchirer, parce-que tu le fais déjà !

    J'aime

Commentissimi

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s